Dvar Thora – Paracha Tazria 5779

La pureté des Benei Israël : valeur intrinsèque

 

Il est rapporté dans la guemara «  herkin » page 16 au nom de rav shmouel bar nahmani, au nom de rabbi yohanane les plaies arrivent  dans ce monde à cause de 7 choses :

  1. le lashone hara
  2. le meurtre
  3. ceux qui prêtent serment en vain
  4. les relations interdites
  5. les orgueilleux
  6. la mesquinerie
  7. le vol

Il est bien connu le principe avec lequel Hashem régie le monde « mida kenegued mida » (mesure pour mesure) selon  le comportement de l’homme  il recevra la réciproque du ciel.
Les sages s’interpellent sur la mesquinerie en quoi ce trait de caractère peut être facteur de plaies ?

Comme évoqué dans les parachiotes « tazria,metsora » une personne ayant dit du lachone hara contractait une plaie une sorte de lèpre qui apparaissait sur le corps de la personne qui était affectait de taches blanches.
Les sages de répondre que la mesquinerie est traduite  en hébreux «  tsaroute hahine » littéralement étroitesse de l’œil. Une personne ayant un regard étroit sur  son prochain même lorsqu’il lui arrivera de venir en aide aux indigents  il le fera blanchir avant de l’aider nous comprenons maintenant le principe mesure pour mesure et pourquoi ce sont des taches de couleurs blanches qui apparaissent sur le corps.
Les sages s’interpellent également sur la couleur  blanche des taches qui était en signe que la personne avait contracté une  impureté ?

Il est connu que le blanc est un  signe de  pureté, en effet il est rapporté dans la guemara yoma que le jour de yom kipour etait suspendu sur une entrée du temple un fil rouge quand le cohen rentrait dans le sacre au saint pour expier les fautes de tout le peuple ce fil rouge se transformait en fil blanc signe d’expiation de toutes les fautes et de pureté.

Un des noms qu’on prête au temple est « levanone » ou il y’a la racine de lavane( blanc) qui blanchissait toutes les fautes de am  israel. , le temple était l’endroit le plus saint du monde. Encore une fois, pourquoi les taches blanches qui apparaissaient conféraient à la personne un statut impur, alors que le blanc est toujours signe de pureté ?

Nous trouvons la réponse chez le maharal de prague, dans ses  écrits saints ou il emmène en introduction une des procédures d’expiation le jour de yom kipour,  on offrait 2 boucs identiques dans leurs poids et leurs aspects

un etait consacré pour hashem, le second destinée aux forces du mal.

Ce dernier était accompagné d’une personne chargé de l’emmener le haut d’une falaise et le jetait. La tora s’exprime dans ces termes “ vaykah ete kol avonotam” il prendra ( le bouc jeté du haut de la falaise) tous leur  pêchers des benei israel.

Le maharal de prague s’arrête sur ce dernier mot ( avonotam) en le découpant avone – tam , le pecher du « tam ». « Tam » viens designer notre patriarche yaacov, comme il est ecrit dans la paracha toldote : “ yaacov ich tam yoshev ohalim”.  Yaacov est un homme intègre ( sans défauts) qui  est assis dans les tentes qui font références aux maisons d’études et de prières.
Le maharal  nous dit que le bouc destiné aux forces du mal etait symbolisé par essav, qui est lui l’instigateur de tout écartement qu’un juif peu avoir dans  la tora, il nous dévoile qu’intrinsèquement le juif n’est jamais affecté par une faute c’est que l’extérieure qui est atteint  mais à l’intérieur de lui il  reste toujours pur comme nous disons dans les  bénédictions du matin « haneshama chenatta bi tehora (la neshama que  tu as mis en moi est pure)» en s’ adressant à  hashem elle n’est jamais affectée par la faute. Nous comprenons maintenant pourquoi que même lorsqu’un juif contracte la lèpre qui lui conférait  un statut impure, avait des  taches blanches représentant la pureté, si nous posons  quand même la question pour le bouc représentant les forces du mal et celle de essav, pourquoi prenait il toutes les fautes de am israel ?

Mais concrètement c’est nous am israel qui avons été passible de nos fautes?

A cela le maharal répond que l’air  qui se trouve dans les pays en dehors de erets israel est contaminé d’idéologie impure qui nous impacte a nous am israel et qui nous fragilise notre relation avec ashem vivant dans des pays occidentaux nous sommes influencés de  leurs cultures qui sont en inadéquation avec notre sainte tora. Donc il est logique que le bouc qui était destiné aux forces du mal (essav,occident) prenne  tous nos péchés puisque ces derniers sont à l’origine de nos débordement.

Dans les contes de rabbi nahman de breslav qui sont  remplies de sagesse il rapporte la chose suivante :
un prince était  sortie  de son palais il arrivait pas à retrouver sa route il erra de villes en villes ses vêtements se dégradaient de jour en jour jusqu’au moment où on ne pouvait distinguer entre  fils du rois et le fils d’une servante.
Beaucoup de gens le persuadait qu’il était le fils d’une servante, jusqu’au jour où il y a cru et avait occulté de lui tout comportement de noblesse auquel il avait été éduqué, jusqu’à se comporter comme une personne ordinaire se dégradant ainsi  de jour en jour jusqu’au jour où il croisa une personne en route qui avait reconnu que c’était le fils du roi il s’approcha du prince en lui disant  qu’il est le fils du roi et qu’il n’a pas à vagabonder dans les routes ce n’est pas de son honneur et que sa place est avec le roi à l’intérieur du palais. Rabi nahman nous enseigne que lorsque adam harishone a consommé du fruit de la connaissance du bien et du mal a été inversé tous les pôles de la création. C’est la notion de “ tmoura”( transfert d’identité), à tel point que l’homme peut percevoir le bien comme mal ou le contraire.
Notre maître le baal chem tov, nous enseigne que depuis qu’Hashem s’est manifesté sur le mont sinai en donnant les dix commandements cette même voie écoutée se fait retentir tous les jours, il va même dire que nous écoutons cette révélation du Sinaï tous les jours.

Par les pensées positives que reçoit chaque juif pour se raffiner ou se parfaire dans tel et tel domaine ces pensées sont l’écho du mont Sinaï qui se fait retentir tous les jours pour nous rappeler que nous sommes les enfants du roi du monde malgré toutes les mauvaises influences que nous impactent les nations du monde. Les sages nous demandent d’être arrogant comme le tigre dans notre service divin nous pouvons nous interpeler comment les sages peuvent prendre comme modèle pour le service divin l’arrogance qui est un mauvais trait de caractère ?

Rabi nahman de breslav de répondre qu’il existe une arrogance canalisée dans la sainteté contre tous ceux qui se moquent ou veulent nous décourager dans notre service divin. Il est connu que le tigre est issus d’un croisement, il se targue quand même en  disant qu’il  a du sang royal provenant du lion qui est le rois des animaux a plus forte raison nous les  benei israel qui sommes les enfants du rois des rois  hakadoch barouh hou , nous devons nous montrer ferme contre tous ceux qu’ils veulent nous faire perdre notre idendite’ comme le clame les nations du monde qu’ashem nous a abandoné a Dieu ne plaise que nous sommes plus le peuple élu à l’instar du fils du roi qu’on avait persuadé  qu’il était le fils d’une servante.

Ne tombons pas dans ce défaitisme  en nous ornant  de  vêtements royaux (accomplissement des mitsvots et étude de la tora) qui sont les vêtements de  notre neshama qui est elle-même une partie divine.

Notre maitre le ben ishhai rapporte que  pour la procédure de purification du metsora (personne ayant dit du lachone hara) qu’il fallait aspergeait du sang de l’oiseau égorgé en tant qu’expiation sur le lobe de l’oreille droite, le pouce de la main droite, l’orteil du pied droit ces 3  membres sont réparateurs de la  faute du la chone hara comme il est marqué  dans le tehilim(sour mera veaasse’ tov) ecarte toi du mal et fait du bien.

Lorsqu’une personne souhaite se rectifiait elle doit tout d’abord s’écartait du mauvais chemin qu’elle emprunte jusqu’à présent et après commencer à faire le bien ce qui est symbolisé par l’aspersion du sang sur l’orteil elle doit également mettre en pratique les commandements symbolisant sur l’aspersion du sang sur le pouce symbolisant la main qui symbolise l’action et lobe de l’oreille qui symbolise le sens de l’ouïe qui symbolise d’être attentif et réceptifs aux paroles des sages qui représente la tora orale qui est réparatrice de toutes  les mauvaises  paroles.
Le mot main se dit en hebreu       יד le pied  רגל l’oreille  אזן
Les 3 premières lettres de chaque mot forme le  mot יאר  hashem t’éclairera ta face. La personne obtiendra son salut.

Nous voyons une allusion avec ces 3 lettres une allusion au mois de אייר qui est source de guérison. Puisse  hashem  nous envoyer le mashiah avec la construction du 3 eme temple très  prochainement et la guérison totale de tous les benei isrel ou ils se trouvent dans le monde.

Shavoua tov à tous

Shlomo Elmalem